Aller à la mise en page et cocher l’option « Les placer manuellement »

[Présentation de Mimo-Tsémé]

Mariée et l’heureuse maman de deux grands enfants, j’habite les Pyrénées Orientales au bord de la mer. Mon parcours de vie m’a mené de Paris en Picardie, puis de Creuse dans le Tarn et actuellement au bord de la Méditerranée. J’ai également beaucoup voyagé : Canada, URSS puis Russie de Moscou en Sibérie, presque tous les pays d’Europe, Scandinavie.

Je suis une globe trotter dans l’âme ! Mon nom d’artiste, Mimo-Tsémé me vient du surnom Mimo, ex Mimosa que l’on me donne depuis des années auquel j’ai accolé Tsémé qui est mon prénom tibétain.

mimo-tseme, tableau abstrait, peinture

[Mimo-Tsémé et la peinture]

Le bleu est ma couleur de prédilection mais je me laisse aller également à l’emploi d’autres couleurs, même si j’ai toujours tendance à revenir vers ces bleus magnifiques.

J’aime les paysages fondus où l’on devine, au gré de son imagination, une mer, une montagne, un ciel, un village niché, un bateau…

J’aime également l’abstrait. Lorsqu’un visiteur fait surgir un souvenir d’enfance ou un bon moment lorsqu’il regarde une de mes toiles, alors je suis heureuse d’avoir transmis une émotion positive à cette personne.

L’art a toujours été ma passion et la création est mon moteur de vie. Devenir et être une artiste peintre est devenu, au fil des années, une évidence. Si je me suis dirigée, au début, vers la peinture acrylique, c’est aujourd’hui l’huile qui est mon médium favori. J’aime sentir l’huile glisser sur la toile, la plénitude que cela apporte. Je crée ainsi des fonds où les couleurs se mélangent intimement pour créer, à leur tour, de nouvelles couleurs.

[Démarche artistique]

Ma démarche artistique est simple : apporter à l’aide de ma créativité d‘artiste peintre, de mes pinceaux et de mes huiles, un bien-être et une paix de l’âme dans ce monde tourmenté qui nous entoure. Si je réussis cela, alors ma mission de rendre les hommes heureux est remplie.

Je crée principalement des paysages sortis tout droit de mon imaginaire, monde dans lequel j’aimerais vivre, loin de la turpitude actuelle ou bien monde plus torturé reflet de notre souffrance et agitation. On retrouve régulièrement dans mes sculptures l’influence bouddhiste qui est mon quotidien puisque pratiquante depuis des années.

[Mimo-Tsémé et la sculpture]

Un sculpteur était appelé au Moyen-Âge un tailleur d’image ou un imagier. J’aime beaucoup cette appellation. C’est un couple d’amis sculpteurs qui a fait les Beaux-Arts et l’Ecole du feu de Vallauris, qui m’a initié au travail de la terre. J’ai appris en leur compagnie toutes les techniques nécessaires à la création de pièces uniques sorties tout droit de mon imaginaire.

Lors de mon arrivée dans les Pyrénées Orientales, j’ai découvert l’atelier de l’association d’Escultors de Catalunya où je crée désormais. Toutes les œuvres crées dans cet atelier et qui sont en vente verront un pourcentage reversé à l’association.

J’aime le travail de la terre ! Que ce soit l’argile ou le grès chamotté ou non, je choisis la terre en fonction de mon futur travail (intérieur, extérieur, cuisson raku ou céramique ou finition brute). Je travaille souvent à la « plaque » c’est à dire que je façonne des plaques pour ensuite les assembler avec une technique appropriée et confectionner ainsi l’oeuvre qui sera ensuite cuite au four (entre 960°c et 1100°c suivant la terre et la finition). J’aime « gratter la terre » c’est à dire que j’aime créer des motifs fins à l’aide de petits outils, j’adore ce travail de précision et de petite fourmi qui surprend toujours les visiteurs.

Mimo-Tsémé, artiste peintre sculpteur, dossier de presse
Voir le dossier de presse de Mimo-Tsémé
Mimo-Tsémé, artiste peintre sculpteur, dossier de presse
Voir les expositions et prix de Mimo-Tsémé
Fermer le menu

Vous aimez ce site ? Pensez à partager !

RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
LinkedIn
Instagram
×
×

Panier

%d blogueurs aiment cette page :